TRANSITION POLITIQUE EN GUINÉE : Formation d’un gouvernement avec 6 militaires

TRANSITION POLITIQUE EN GUINÉE : Formation d’un gouvernement avec 6 militaires

CONAKRY : Le président de la transition en Guinée, le général Sékouba Konaté, a signé hier un décret portant nomination des membres du gouvernement de la transition, chargé de mener le pays vers une élection présidentielle en juin, selon un communiqué officiel lu sur les médias d’Etat. Cette équipe gouvernementale de 34 membres, dont six militaires, a été formée « sur proposition du Premier ministre, chef du gouvernement, Jean-Marie Doré », qui est issu de l’opposition, précise le texte. Il est marqué par le maintien de 10 anciens membres du gouvernement sortant dont 6 militaires. Aucun ténor de l’opposition au régime militaire n’y figure. Le général de brigade Mamadouba Toto Camara, premier vice-président du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD, junte) garde son portefeuille de la Sécurité et de la Protection civile. Le ministre de la Justice, garde des sceaux est lui aussi confirmé à son poste. Il s’agit du colonel Siba Lohalamou, un proche du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, blessé par balle par son aide de camp le 3 décembre et actuellement en « convalescence » à Ouagadougou. Plusieurs membres des Forces vives, coalition de partis politiques, de syndicats et de la société civile, occupent d’importants postes ministériels, notamment les ministères d’Etat aux Affaires étrangères et à l’intégration africaine. Ils ont également obtenu les portefeuilles de la réforme administrative, de l’emploi et la fonction publique, ainsi que de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. Des cadres jusque-là inconnus du grand public ont fait également leur entrée au gouvernement, notamment Kerfala Yansané au ministère de l’Economie et des finances, Néva Damet au ministère de l’Administration du territoire et des affaires politiques, à ce titre co-organisateur des élections avec la commission électorale. Officiellement nommé le 21 janvier, le Premier ministre doit mener une délicate transition en Guinée, étape importante après la signature le 15 janvier d’un accord de sortie de crise prévoyant une élection présidentielle « dans six mois » pour un retour des civils au pouvoir.

Source AFP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :