Couvre-feu dans certaines villes du Chili après le séisme

Photo

CONCEPCION, Chili (Reuters) – Les autorités chiliennes ont décrété un couvre-feu dans plusieurs villes du pays dévastées par le puissant séisme de samedi, où 10.000 soldats ont été déployés pour tenter de mettre fin aux pillages.

Quarante-huit heures après le tremblement de terre de magnitude 8,8 et les tsunamis qui ont suivi, le gouvernement peinait toujours lundi à venir en aide à des milliers de personnes sans-abri.

Le dernier bilan fourni par le gouvernement s’élève à 711 morts mais la présidente Michelle Bachelet a prévenu qu’il risquait très certainement de s’alourdir.

Dans la seule ville de Constitucion, environ 350 personnes ont été tuées, rapporte la télévision publique, qui cite des responsables des services de secours.

Un couvre-feu a été décrété dans la région de Maule et dans la ville dévastée de Concepcion, où des centaines de pilleurs ont mis à sac des magasins à la recherche de nourriture. Des scènes de pillage ont également eu lieu dans la capitale Santiago.

« Nous n’avons pas d’eau, rien. Personne n’est venu nous apporter de l’aide et nous avons besoin de davantage de policiers pour maintenir l’ordre. Il y a beaucoup de gens ici qui volent », a déclaré Ana, une vieille dame de 78 ans habitant à Talca, à 250 km au sud de Santiago.

A Concepcion, des survivants en colère, qui campaient le long des routes, ont pris à partie les pompiers qui leur distribuaient de l’eau et du thé et ont saccagé leur véhicule.

ERREUR DU GOUVERNEMENT

Le coût des dégâts causés par le séisme pourrait atteindre 30 milliards de dollars, l’équivalent de 15% du produit intérieur brut (PIB) du Chili, selon Eqecat, une société d’évaluation des risques.

Le tremblement de terre, l’un des plus puissants observés depuis un siècle, a détruit ou endommagé 1,5 million de maisons, des routes et des ponts autoroutiers, portant un coup aux infrastructures du pays, premier producteur mondial de cuivre.

D’après les autorités, l’industrie du cuivre dispose de stocks suffisants pour répondre à ses engagements. Les principales mines ont repris progressivement leurs activités dimanche malgré un approvisionnement réduit en électricité.

Des vagues géantes provoquées par le séisme ont pénétré à l’intérieur des terres sur une centaine de mètres, démolissant des maisons et obligeant des habitants à fuir sur les hauteurs à proximité de l’épicentre.

Le gouvernement, qui avait déclaré juste après le séisme qu’il n’y avait aucun risque de tsunami, a justifié cette erreur en précisant qu’elle était due à des données incorrectes fournies par des experts de la marine.

Cette situation chaotique est un premier défi pour le président élu Sebastian Pinera, qui doit prendre ses fonctions dans deux semaines.

La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, rencontrera Pinera et Bachelet mardi à Santiago lors d’une visite éclair, annoncé le département d’Etat.

Des tsunamis déclenchés par le séisme ont tué au moins quatre personnes sur les îles Juan Fernandez, au large du Chili, et ont frappé les côtes du Japon et de la Russie où l’on n’a signalé ni victimes ni dégâts sérieux.

kc

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :