Macky Sall à Matam : « Cette visite m’a permis non seulement de mesurer l’engagement des militants »

Le leader de l’Alliance pour la république (Apr) poursuit une tournée marathon qui l’a conduit déjà voilà plus de quatorze jours durant dans plusieurs localités du Fouta. Au delà du prétexte qui est « de remercier ses militants et sympathisants », Macky Sall qui s’est rendu dans 161 villes et villages où il a tenu des meetings et des visites de courtoisie à plusieurs chefs religieux, défriche chaque jour le terrain en vue des prochaines élections, et élargit les bases de son parti.

 

Le leader de l’APR, Macky Sall, accompagné d’une forte délégation, abat voilà plus d’une semaine une randonnée politique qui l’a conduit déjà dans plusieurs localités du Fouta (département de Podor et région de Matam).

« Venu remercier les électeurs de la région après les bons résultats obtenus par la liste de sa formation politique lors des dernières consultations électorales », l’ancien président de l’assemblée nationale est allé à l’assaut des militants du Dandé Maayo (villages situés sur le fleuve Sénégal) et ceux des hautes terres du Diéri, de Fanaye à Diaba et de Horéfondé à Diamel, en passant par les Agnam, Bokidiawé, Ndouloumadji, Nguidjilone, Ourossogui, Ogo, Danthiady, Diandioly et Boïnadji… Au total, ce sont donc plus de 161 localités dont 97 villages, villes et hameaux de Matam qui ont reçu la visite du responsable de l’Apr qui, à plusieurs reprises, a procédé à un réaménagement de son programme du fait de la sollicitude des populations de certaines localités qui tenaient vaille que vaille à l’accueillir.

Des imprévus qui mèneront certaines visites programmées durant la matinée à se tenir à des heures très avancées dans la nuit, parfois au-delà de deux heures du matin avec, toutefois, une forte présence des militants. Ce qui amènera Macky Sall à proclamer durant l’étape de Matam : « J’ai, durant ce long périple, malgré l’heure souvent tardive, vécu tour à tour des grands moments de ferveur politique. La forte mobilisation affichée a traduit, d’une localité à une autre, l’engagement et l’adhésion des populations ».

Boïnadji, le clou de la tournée de Macky…

Le ton avait déjà été donné au niveau des communautés rurales des Agnam et Bokidiawé, puis dans la commune de Ourossogui et particulièrement à Boïnadji, fief de l’opérateur économique Abdoulaye Sally Sall, un émigré sénégalais au Gabon qui dirige une entreprise d’import–export qui, après s’être proposé de faire gagner en son temps l’APR à Matam, a favorisé la victoire de sa formation dans plusieurs localités de la région et réussi le pari de faire tomber la coalition Sopi dans son village.

Les populations de Boïnadji n’ont pas encore oublié, comme elles ont tenu à le dire lors de ce meeting, « les fallacieuses accusations qui avaient conduit à l’arrestation de leur fils, Abdoulaye Sally Sall ».

La RFS (Route du fleuve Sénégal)

Obnubilé par la conception d’un programme de gouvernement pour l’Alliance de la république qui explique entre autres les tournées qu’il mènera à travers le Sénégal pour s’enquérir d’une manière plus rapprochée des attentes des populations, le leader de l’APR s’est dit meurtri par l’absence d’infrastructures réelles dans le département de Matam. « Matam, en particulier, manque de ponts et de voies d’accès. Et l’absence de routes freine l’économie et annihile tout effort de développement. Ce qui montre qu’il y a une urgence nationale aujourd’hui et, cette urgence, porte sur la construction de la route du fleuve Sénégal, la RFS qui devrait partir de Diatar (Podor, région de Saint-Louis) à Diawara (Bakel, région de Tambacounda) ».

Pour le leader politique, cette route d’une grande importance pour l’économie nationale va booster la production agricole et permettra le développement de toute la vallée du fleuve Sénégal. De son avis, « la vallée du fleuve devra être une zone riche en agriculture, nous devons reprendre les aménagements hydro-agricoles, reprendre et encadrer l’agriculture, la riziculture, également la culture des fruits et des légumes sur toute son étendue ». Ainsi, la RFS (Route du fleuve Sénégal) couplée avec la route qui devrait partir de Saint-Louis à Ndioum et jusqu’à Matam et Bakel, et également la route Linguère- Matam devrait désenclaver de manière définitive cette région du fleuve Sénégal, grenier du Sénégal émergent et un pivot pour le développement économique et social.

Le 10ème anniversaire de l’alternance n’est pas une priorité

S’exprimant par la suite sur une question d’actualité relative aux dépenses engagées pour le 10ème anniversaire de l’alternance, le leader politique laissera entendre que « nous avons d’autres priorités plus urgentes encore. Ces priorités ont pour noms : l’eau potable dans la vallée du fleuve Sénégal, et particulièrement dans la zone du Diéri qui est une zone d’élevage, l’électrification rurale qui est encore timide, l’accès aux soins de santé primaires qui restent difficile dans la région ».

Et de poursuivre, « cette visite m’a permis non seulement de mesurer l’engagement des militants, la ferveur dans cet engagement de toutes les populations de la vallée, mais elle m’a surtout permis de constater l’absence d’infrastructures vitales pour le développement économique et social du Sénégal , je voudrais donc donner rendez–vous aux populations en 2012, lorsque nous aurons fini de concevoir un programme de relance économique , un programme pour le développement durable, un programme pour le bien être de toutes les populations de la vallée du fleuve, mais également de toutes les populations du Sénégal ».

Présidentielle 2012…

Quid de la candidature de Macky Sall en 2012 ? D’après le Secrétaire général de l’APR, « celle-ci n’est pas encore à l’ordre du jour ». Et de préciser : « je suis un chef de parti, j’ai vocation de faire connaître mon parti sur l’ensemble du territoire national en allant à la rencontre des sénégalais des profondeurs comme les sénégalais des villes. D’une part, je suis venu pour dire merci à mes électeurs dont la mobilisation durant les élections passées nous a permis de gagner dans plusieurs localités. D’autre part, la conception d’un programme de gouvernement pour l’alliance de la république explique les tournées que nous mènerons à travers le Sénégal pour nous enquérir d’une manière plus rapprochée des attentes des populations ». Ce programme, au-delà du projet de société de l’APR, devra selon lui, en direction de 2012, en pensant aux Législatives qu’il ne faut pas oublier, concevoir un programme bâti sur le constat réel des préoccupations des populations du Sénégal.

« Je suis dans ce travail, et cela n’a rien à avoir avec la candidature. Au moment venu, l’alliance pour la république donnera son avis et se prononcera en tant que parti au sein de Benno, mais aussi, en tant que parti qui a sa souveraineté. Au moment venu, la position qui sera la meilleure sera connue de tous une fois que nos partenaires de Benno auront fini d’éplucher la question », affirme t-il.

Audit des agences de régulation et des marchés publics

Appelé à donner son avis sur la question des audits, Macky Sall fait entendre que « force doit rester à la loi. En tant que républicain, je ne peux que saluer l’action de l’Etat, mais pas une action dirigée contre qui que ce soit, pas une action sélective. Il faut que la loi soit égale pour tous. C’est ce que j’ai toujours dit et toujours défendu. Si la loi doit s’appliquer sur un directeur général quel qu’il soit, il faut qu’elle s’applique sur tous les directeurs qui ont fauté. C’est cela l’équité et c’est cela la république. Je pense que si des efforts ont été faits pour que le droit soit dit, moi je salue cela parce que la transparence est à ce prix. Il faut que la loi soit égale pour tous ».

Ayant souhaité en son temps qu’il y ait des sanctions administratives pour une valeur pédagogique afin que les gens comprennent que l’heure n’est plus au gaspillage et que véritablement tout le monde soit mis au « carreau », l’ancien Premier ministre dit personnellement être contre la prison. « Certes, il faut appliquer la loi, mais je ne me réjouis pas du fait qu’un sénégalais quelconque, fût-il un directeur d’entreprise soit envoyé en prison. Mon souhait est, cependant, que le droit soit appliqué pour tous. Et que des mesures pédagogiques soient prônées pour que tous les responsables et gestionnaires puissent savoir ce qui les attend en cas de manquement et que la loi soit là pour tout le monde ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :