ZIGUINCHOR : BALLA MOUSSA DAFFE MEMBRE DU COLLECTIF DES CADRES CASAMANÇAIS « Qu’on ne fasse pas de la crise casamançaise un problème des diolas ou d’une ethnie »

 

Le professeur Balla Moussa Daffé a mis a profit » son court séjour à Ziguinchor lors du comité de développement sur le festival international de la ville éponyme pour aborder de la lancinante question de la crise casamançaise. A l’en croire, le problème de la Casamance nécessite une volonté de tous les Sénégalais sans exception de s’impliquer davantage dans le processus de paix. Pour lui, la crise casamançaise ne doit pas avoir une coloration ethnique, mais « doit être le problème de tout le monde ». il a à cet égard demandé à tous les Sénégalais, aux leaders de l’opposition de s’unir derrière le président Wade afin de trouver une solution durable à cette crise. Entretien :
Peut-on avoir le contenu des propositions que vous avez faites au président de la République après sa sortie sur la crise casamançaise ?

C’est une contribution, une réflexion que je suis en train de conduire depuis longtemps. Depuis 1982, j’ai assisté aux premiers événements ici à ziguinchor. C’est pourquoi je suis toujours traumatisé par le problème de la paix. Tant que la Casamance ne retrouvera pas la paix, je serai un homme qui n’aura pas rempli sa mission. Je suis heureux d’être aujourd’hui au lancement de ce festival que mon frère (Abdoulaye Baldé) a pris l’initiative hardie et heureuse. Je suis de ceux qui croient toujours à la paix en Casamance .Qu’on ne fasse pas ce conflit un problème de la Casamance et des Casamançais, a fortiori des diolas, ou d’une ethnie ou d’une religion. C’est un problème qui concerne toute la nation sénégalaise, une question du Sénégal en Casamance. Donc aujourd’hui, tous les signaux sont au vert pour nous permettre rapidement de renouer le dialogue avec nos frères du maquis, avec l’Etat, mais également avec toute la société en un mot à ce que j’appelle la coalition nationale pour la paix et la relance du développement économique en Casamance. Cela fait partie des propositions principales que j’ai faites au chef de l’Etat. J’ai également dit au président de la République qu’il faut au-delà de la Casamance impliquer les pays limitrophes que sont la Gambie et la Guinée comme facilitateurs. Les chefs religieux et élus locaux doivent être associés aux négociations.

Quelle appréciation faites vous de la sorite de Me Wade sur la crise casamançaise ?

Je pense que le président est volontariste. On ne le suit pas souvent dans ses initiatives. Il dit ce qu’il fait lui, mais ça n’empêche que nous, nous devons l’accompagner, parce qu’il ne peut pas être le seul interlocuteur, il faut nécessairement qu’on l’accompagne. C’est pourquoi j’ai dit que toute la Nation à savoir les leaders, les leaders de l’opposition quelque soit leur animosité, et leur divergence politique doivent s’unir comme un seul homme derrière le président pour une issue heureuse à ce problème. Tant qu’ils ne seront pas unis, ils auront tous échoué.

Beaucoup de personnes se disent « Monsieur Casamance » comment voyez vous cela ?

Je dis tout citoyen Sénégalais doit devenir acteur de la paix en Casamance. Ceux qui ont agi individuellement solitairement ont tous échoué. Personne n’a à lui seul la solution de ce problème casamançais. C’est à tout le monde, au même titre qu’on a fait appel tout à l’heure pour la réussite de ce festival à tout le monde. Tous les citoyens sénégalais quelque soit leur statut doivent s’impliquer dans la recherche de cette paix en Casamance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :