Madagascar : l’ex-président Ravalomanana condamné aux travaux forcés

L'ex-président malgache, Marc Ravalomanana, vit en exil en Afrique du Sud depuis son éviction du pouvoir en mars 2009.
AFP/ALEXANDER JOE
L’ex-président malgache, Marc Ravalomanana, vit en exil en Afrique du Sud depuis son éviction du pouvoir en mars 2009.

L’ancien président malgache Marc Ravalomanana a été condamné, samedi 28 août, par contumace aux travaux forcés à perpétuité dans le procès des auteurs d’une tuerie où la garde présidentielle avait tiré sur la foule en 2009, a déclaré un avocat de la défense.

Le 7 février 2009, la garde présidentielle, dissimulée, avait tiré sans sommation sur une foule qui se dirigeait vers le Palais présidentiel, dans le centre-ville de la capitale, faisant au moins une trentaine de morts et plus d’une centaine de blessés.

M. Ravalomanana, exilé en Afrique du Sud depuis son éviction du pouvoir en mars 2009, a été condamné par défaut « pour meurtre et complicité de meurtre », a déclaré Me Hanitra Razafimanantsoa, l’une des avocats du président.

Parmi les dix-huit autres co-accusés dans le procès, qui s’est déroulé cette semaine devant la Cour criminelle ordinaire d’Antananarivo, quatorze ont écopé d’une peine de travaux forcés à perpétuité. Les accusés ont été seulement défendus par deux assesseurs, leurs avocats ayant choisi de quitter les débats dès le début, considérant qu’il y avait « violation flagrante des droits de la défense », selon Me Razafimanantsoa. Elle estime que « le but est de condamner [Marc Ravalomanana] pour qu’il ne puisse pas rentrer et se présenter aux élections futures ».

Le 7 février 2009, Andry Rajoelina, alors maire d’Antananarivo et opposant à Marc Ravalomanana s’était déclaré « en charge des affaires du pays » après des semaines de confrontation et de manifestations publiques. Il avait nommé un « Premier ministre » que des milliers de partisans avaient voulu installer au Palais présidentiel, lieu de la fusillade.

Madagascar est plongée dans une crise politique grave depuis fin 2008, qui a conduit à l’éviction en mars 2009 du président Marc Ravalomanana et à son remplacement par son principal opposant M. Rajoelina, alors soutenu par l’armée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :