De retour d’un mois de vacances, Wade ignore les questions brûlantes et parle de la victoire des Lions

Posted in économie, senegal, société, sports on septembre 6, 2010 by larevelation news

De retour de vacances estivales d’un mois en France, le président Wade , accueilli dimanche après midi à l’aéroport de Dakar a snobé les sujets brûlants de l’actualité, pour ne parler que de la victoire des Lions du Sénégal. ‘’Je suis très satisfait et très fier de ces Lions qui ressemblent à leurs pères et grands-pères qui ont toujours hissé haut la bannière sénégalaise. Je voudrais les féliciter », a dit Wade. ‘’C’est l’occasion pour moi de m’adresser au peuple sénégalais pour saluer la bonne nouvelle de la victoire des Lions’’, a-t-il dit devant les caméras de la télévision nationale. Il a ajouté : ’’Je voudrais les féliciter.

C’est une nouvelle agréable. Ils ont honoré le Sénégal. On sait que ce sont de bons joueurs, la question que l’on se posait était de savoir s’il y avait une harmonie pour pouvoir gagner’’.
Quid des autres sujets, comme le débat sur sa candidature ou encore les rumeurs d’un couplage possible des élections, Wade n’en a dit mot. Il a gardé son mutisme.

Auteur: politicosn.com

Publicités

SENELEC : tous les 17 jours, 3 milliards disparaissent des caisses de l’Etat, selon Niasse

Posted in économie, politique, senegal on septembre 6, 2010 by larevelation news

Beaucoup de personnalités politiques, religieuses et de simples citoyens ont pris part à l’audition du journaliste-investigateur, Abdou Latif Coulibaly, par un jury populaire mis en place par le Cadre d’action et de concertation de la société civile (Casc). Parmi ces personnalités, il y avait le leader de l’Alliance des forces de progrès (Afp).

Réagissant suite à l’affaire des 20 milliards de commissions versés à des autorités étatiques après l’attribution de la troisième licence de téléphonie à Sudatel, Moustapha Niasse a déclaré que le vol est devenu une pratique courante au Sénégal. La preuve par la Senelec. « Des vols sont perpétré chaque semaine.  Tous les 17 jours, 3 milliards disparaissent des caisses de l’Etat ». Selon lui, ces trois milliards représentent la différence entre le prix réel du fuel acquis et le prix déclaré pour faire fonctionner les turbines des centrales de la Société nationale d’électricité (Senelec).

Auteur: senewebnews

La colère gronde à Maputo

Posted in économie, International, société on septembre 4, 2010 by larevelation news

Une voiture incendiée dans une rue de Maputo, après les émeutes contre la vie chère, 2 septembre 2010.

Une voiture incendiée dans une rue de Maputo, après les émeutes contre la vie chère, 2 septembre 2010.

Tout comme le 5 février 2008, Maputo a connu le 1er septembre une journée sous le signe de barricades de pneus brûlant dans la rue, de jets de pierres sur des voitures et des vitrines, et de citoyens tués par les balles des forces de police. Comme lors de ce mois de février, la révolte a été convoquée via SMS et le bouche à oreille et s’est répandue telle une boule de neige d’un quartier populaire à un autre, à mesure que la fumée des barricades voisines devenait visible. Comme en 2008, la cause immédiate des protestations a été l’augmentation brutale des prix. A l’époque, c’était les tarifs des « chapas », des fourgonnettes brinquebalantes qui servent de moyen de transport à l’immense majorité des habitants. Aujourd’hui, c’est celui de l’eau, de l’électricité, et du pain et du riz – leur base alimentaire. Ajoutons que dans les deux cas, les augmentations menacent les perspectives de survie d’une population qui a besoin de toute son ingéniosité et de sa débrouillardise pour, simplement, se maintenir au bord du précipice. Pour ces pauvres, le plus irritant ce ne sont pas les augmentations, mais ce qu’elles signifient : une déconsidération de la part de ceux qui décident face à leurs difficultés et leurs besoins les plus élémentaires.

Avec la fin de la guerre civile, le Mozambique est passé d’un régime socialisant et paternaliste à une politique ultralibérale qui a entraîné l’augmentation du chômage et l’apparition d’une élite économique issue ou proche de l’élite politique. Mais aussi l’érosion du contrôle local de la population à travers les institutions partisanes qui, si elles pouvaient être à l’origine d’abus, jouaient également le rôle de canalisateur des besoins et des demandes populaires. Le sentiment qui se propage actuellement dans les quartiers populaires du Grand Maputo est celui d’une incertitude globale quant au futur et à leur propre survie et l’idée que leurs difficultés sont devenues sans intérêt pour les puissants, qu’il n’y a pas de canaux où communiquer de façon efficace leurs demandes. Cette situation et cette vision expliquent que les révoltes comme celle de mercredi sont perçues comme la seule forme viable de protestation. Et qu’elles se peuvent se produire chaque fois qu’une nouvelle mesure menacera leur survie alors qu’ils voient défiler devant eux de véritables ostentations de richesse et d’inégalité.

Cela ne signifie pas que ceux qui protestent violemment prétendent mettre en cause le gouvernement ou le parti qui le dirige depuis l’indépendance. Maputo est un bastion du FRELIMO [le Front de libération du Mozambique, qui a conduit dès le début des années 1960 la lutte pour l’indépendance de cette ex-colonie portugaise] et la majorité des manifestants ont vraisemblablement voté pour lui lors des législatives de l’an passé. Sauf que la vision des droits et des devoirs entre gouvernants et gouvernés qui prédomine chez les habitants des quartiers populaires ne coïncide pas avec la tradition européenne (et celle des élites politiques locales). Pour eux, il suffit qu’un gouvernement légitime prenne des décisions légales pour que celles-ci soient de la sorte légitimes. Ils considèrent plutôt que le pouvoir n’a pas à être menacé mais, en contrepartie, il doit garantir un minimum de bien-être et de dignité aux personnes qu’il gouverne. Le gouvernant peut « manger plus », mais pas « manger tout seul » au prix de la faim des autres.

Les révoltés du 1er septembre (tout comme ceux de 2008) protestaient contre une décision politique concrète, contre la façon dont le pouvoir politique est exercé. En fin de compte, ils protestaient contre ce qu’ils considèrent être une rupture du « contrat social » qu’ils établissent avec le pouvoir et auquel ils se soumettent. Une rupture qu’ils ne tolèrent plus. Bien sûr, chaque fois qu’une révolte est couronnée de succès (celle de 2008 était un véritable motif d’orgueil dans les quartiers pauvres), cela renforce l’idée populaire que c’est la seule forme efficace de protestation. Ce qui met le gouvernement mozambicain face à un dilemme épineux : soit il ne cède pas aux demandes et il augmente de façon exponentielle la répression policière, risquant de la sorte de perdre l’appui financier international dont il dépend ; soit il agit d’une façon plus « traditionnellement » africaine, en étant plus à l’écoute, en dialoguant, ce qui fragiliserait ses pratiques autoritaires et la concentration de richesse telle qu’elle existe aujourd’hui.

Sakineh condamnée à de nouveaux châtiments corporels

Posted in International, politique, société on septembre 4, 2010 by larevelation news

Selon son fils, l’Iranienne, menacée d’être exécutée par lapidation, a été condamnée à 99 coups de fouet. 45 réactions Sakineh Mohammadi-Ashtiani sur une photo non datée, fournie par Amnesty International le 9 juillet Sakineh Mohammadi-Ashtiani sur une photo non datée, fournie par Amnesty International le 9 juillet (© AFP photo AFP) * Réduire la taille de police * Réinitialiser la taille de police * Agrandir la taille de police * Imprimer l’article * Envoyer l’article à un ami * Réagir * Ajouter à mon Libé+ L’Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani, menacée d’être exécutée par lapidation, a été condamnée à 99 coups de fouet supplémentaires, selon des informations transmises par son fils, publiées ce samedi sur le site de la revue «La règle du jeu» et le blog «Dentelles et Tchador». Le journaliste franco-iranien, Armin Arefi, s’est entretenu au téléphone avec Sajjad Mohammadi Ashtiani, le fils de cette Iranienne de 43 ans. Selon ce dernier, sa mère a été condamnée à 99 coups de fouet pour avoir propagé «la corruption et l’indécence», en raison de la publication d’une photo dans un quotidien britannique. «C’est l’avocat de ma mère, Houtan Kian, qui l’a appris hier de détenues de la prison qui venaient d’être libérées, a raconté Sajjad depuis la ville de Tabriz (nord-ouest de l’Iran). Il a ensuite pris contact avec le juge indépendant de la prison, qui a confirmé la peine.» Le quotidien britannique Times a publié, le 28 août, la photo d’une femme sans foulard qu’il a affirmé être Sakineh Mohammadi-Ashtiani, indique le journaliste sur le site de la revue de Bernard-Henri Lévy et le blog «Dentelles et Tchador» du Monde.fr. Cette photo était, en fait, celle d’une activiste politique iranienne vivant en Suède, explique le journaliste. Vendredi, le London Times s’est excusé auprès de ses lecteurs, et a expliqué que cette photo lui avait été fournie par Mohammad Mostafaei, second avocat de Sakineh, ce dernier ayant affirmé qu’il la tenait du fils de Sakineh. «Ce n’est pas moi qui ai donné à M. Mostafaei cette photo, qui n’est sûrement pas celle de ma mère», a assuré Sajjad. Mohammad Mostafaei s’est réfugié en Norvège début août pour échapper à un mandat d’arrêt émis par les autorités iraniennes. La condamnation à mort par lapidation de Sakineh a déclenché une vaste campagne internationale pour éviter ce châtiment qui a été provisoirement suspendu. Mais «suspendu ne veut pas dire annulé», a souligné son fils dans un entretien avec Bernard-Henri Lévy paru vendredi dans Libération. Selon Sajjad, un responsable de la prison a dit à sa mère que «son exécution était prévue pour dimanche, à 6 heures». Pour tenter de sauver Sakineh, BHL a lancé une pétition qui avait rassemblé samedi plus de 61.800 signataires, selon le site laregledujeu.org qui l’héberge.

Présidentielle 2012 : le Ps va envoyer un huissier au président Wade

Posted in politique, senegal on septembre 4, 2010 by larevelation news

Le Parti socialiste a saisi un pool d’avocats, pour engager la procédure judiciaire contre la candidature d’Abdoulaye Wade à la présidentielle de 2012. Selon Me Moustapha Mbaye, les propos du chef de l’Etat sur sa candidature seront transcrits et une sommation interpellative lui sera adressée. Me Wade devra confirmer ses propos selon lesquels il a bloqué la Constitution à deux mandats et ne pouvait pas se représenter à la prochaine élection, ou se dédire. Le procès-verbal servira alors de base à des poursuites contre le président de la République. « Si le président de la République persiste sur cette candidature, nous allons être obligés de saisir le Conseil constitutionnel, en lui soumettant les dossiers et les déclarations du président de la République. S’il persiste et que cela se traduit par des menaces sur la stabilité sociale du pays, alors il doit être traduit devant la Haute cour de Justice », déclare l’avocat du Parti socialiste.

Source: senewebnews

GADIO, WADE ET LA CIA : QUAND UN REGIME AUX ABOIS ABOIE !!!

Posted in politique, senegal on septembre 4, 2010 by larevelation news


Le changement est inéluctable quand les « gens d’en haut n’en peuvent plus et les gens d’en bas n’en veulent plus ! ». Le Sénégal a atteint et même dépassé ce stade, c’est pour cela que le Mouvement Politique Citoyen – LUY JOT JOTNA demeure convaincu que Wade et son régime partiront en 2012 ou peut-être avant !

C’est une telle conviction de notre Mouvement, affirmé haut et fort, qui pousse Wade et ses partisans les plus désespérés et les plus imprudents à afficher sans vergogne leur peur bleue de notre Leader, le Docteur Cheikh Tidiane GADIO. Tout y passe : débauchage d’authentiques militants du PDS qui sont brandis comme des trophées à la Télévision nationale et présentés de façon infantile comme des « Amis de Gadio » qui auraient rallié le PDS, c’est à dire leur propre parti ! Calomnies dans le Net contre un Ministre, technocrate intègre, anti-corruption et anti-mal gouvernance, citoyen républicain et africain patriote debout, par des internautes en service commandé logés et rémunérés à cet effet.

Le régime Wade, face à la farouche opposition des Sénégalais à son projet de dévolution dynastique et à sa candidature en 2012, acculé par une demande sociale pressante (SENELEC, inondations des banlieues, jeunesse et monde rural en désarroi, cherté de la vie) n’a pas trouvé mieux que de divertir les Sénégalais par une ignoble attaque contre la couche la plus vulnérable de notre société que constitue cette armée de pauvres  -conséquence de ses politiques anti-sociales- et qu’il baptise abusivement « talibés », « mendiants » ou plus grave « étrangers ».

Ayant échoué dans sa manœuvre et près avoir brandi le spectre d’un énième remaniement jugé « insipide » par les populations, la section « propagande et rumeurs » du régime s’est réveillée avec une autre attaque aussi odieuse que vaine : notre leader, un éminent patriote africain, un artisan émérite de la citoyenneté nouvelle, de la démocratie et de l’alternance au Sénégal et en Afrique, adversaire le plus farouche du projet dynastique de Wade et un opposant à sa candidature en 2012 (illégale et immorale), serait un « agent de la CIA ».

Les Sénégalais à l’unisson vont, une fois de plus, dire à Wade et à ses derniers Mohicans « il est  tragique que vous ne compreniez toujours pas que le peuple vous a tourné le dos ! Gadio restera dans nos cœurs et dans nos esprits le « meilleur Ministre des Affaires étrangères d’Afrique » car nous étions témoins. Gaccé Ngalama Monsieur le Ministre « zéro faute » !»

Nous, Jeunesses du MPCL-LUY JOT JOTNA, demandons au régime d’arrêter de faire « hors sujet » et de répondre aux vrais questions posées : où sont passés les milliards de l’ANOCI ? Où sont passés les milliards de la SUDATEL ? Où sont passés les milliards investis dans la SENELEC ? Et les milliards naufragés dans le Bateau MSC Musica (resté quasiment- vide pendant le Sommet de l’OCI) ? Combien a réellement coûté le Monument des Nord-Coréens ? C’est quoi le vrai deal avec Global Voice ? Les Sénégalais attendent des réponses concrètes !

En outre, nos compatriotes disent leur indignation de voir notre démocratie ravalée à une farce où les adversaires politiques sont régulièrement calomniés ou envoyés en prison.

Si le Congrès américain cloue au pilori Wade, son système et son projet de dévolution dynastique, pourquoi le régime s’acharne-t-il à y voir la main de notre Leader ? Si OBAMA maintient qu’il ne s’associera jamais avec certains dirigeants africains, pourquoi y voir la main de notre Leader ?

Le départ de Gadio du gouvernement n’a qu’un seul motif : son opposition au projet de dévolution dynastique et son refus d’accepter l’humiliation infligée aux institutions de la République et à notre peuple ! Toute fabrication à postériori ne fera que rencontrer le profond mépris des Sénégalais et des Africains!

Notre Mouvement est désormais en position de combat et l’opinion nationale et internationale sera informée en temps réel des assauts de Wade et de ses derniers partisans contre la démocratie et la République.

Notre Leader, par la grâce de Dieu, restera un Homme d’état jusqu’au bout, mais lui et son mouvement politique citoyen ne feront aucun compromis avec le mensonge et le déshonneur et ils brandiront toujours la Vérité, la soif de Justice et de Renaissance de notre peuple.

LUY JOT JOT NA !

Fait à Dakar le 3 septembre 2010

DECLARATION

DES JEUNESSES DU MOUVEMENT POLITIQUE CITOYEN LUY JOT JOTNA

Corruption, trafic de drogue : Moustapha Guirassy seul contre le Congrès américain

Posted in économie, International, politique, senegal on août 31, 2010 by larevelation news

Le Congrès américain a, dans un rapport daté du 16 août, sévèrement critiqué le gouvernement sénégalais, rappelant que le Département d’Etat avait déjà, dans un rapport daté de 2009, fait état du « développement de la corruption à tous les niveaux, surtout au niveau national ». Le dernier rapport est encore plus critique. Il présente le Sénégal comme une plaque tournante de la drogue en provenance de l’Amérique du Nord.  Dans un chapitre titré « trafic illégal et crime organisé », le rapport présente les chiffres de l’Onu selon lesquelles les sommes concernées feraient 8,2 fois le Produit national brut du pays et financeraient le sous-secteur de la construction. Le rapporteur, Alexis Arief, donne pour preuve la saisie record de près de 4 tonnes de cocaïne il y a deux ans, ayant conduit à l’arrestation de plusieurs ressortissants sud-américains. Le Sénégal possède des instruments de contrôle financier, mais le rapport juge les institutions de lutte contre la criminalité financière trop peu efficaces.

Qu’à cela ne tienne, le ministre de la Communication considère que ce rapport du Congrès américain est l’œuvre de quelques sénateurs malveillants. Interpellé par la Rfm, le ministre de la communication botte en touche. «  Ce n’est pas le congrès qui  a parlé ou l’Etat, mais une catégorie de sénateurs », clame Moustapha Guiarassy. « Le gouvernement du Sénégal de façon souveraine est entrain de mettre en avant tous les mécanismes pour la bonne gouvernance », a-t-il ajouté.

Source: Senewebnews